Mercredi 7 mars de 14h à 15h

Les femmes et l’alcool nos mères, nos filles...

Dr Sarah Coscas
Avec le Dr Sarah Coscas, psychiatre addictologue, hôpital Paul Brousse Villejuif CERTA (Centre d’Etude, de Recherche et Traitement des Addictions).
15h32
FRC :
Commencez à envoyer vos questions, et rendez-vous mercredi 7 mars à 14h pour le tchat en direct.
13h46
FRC :
Le Dr Sarah Coscas, psychiatre addictologue à l'hôpital Paul Brousse de Villejuif, répondra à vos questions dans 15 mn.
18h52
Jean-Paul :
Est-ce que de nos jours les femmes sont consommatrices d'alcool à parité avec les hommes ? Si oui, depuis quand ?
13h58
Dr Sarah Coscas :
en effet les femmes sont en train de rattraper les hommes dans leurs consommations d'alcool
13h59
Dr Sarah Coscas :
s'il persiste un sexe ratio à l'avantage des hommes, les femmes consomment de plus en plus et surtout de plus en plus tot
17h47
Dany :
Pourquoi distinguer les femmes des hommes? Les femmes boivent elles pour faire comme les hommes. Retrouve t'on le même phénomène qu'avec la cigarette?
13h59
Dr Sarah Coscas :
non les femmes consomment plutot pour gérer leurs émotions
14h00
Dr Sarah Coscas :
si les consommations chez les jeunes filles sont souvent, pour faire comme les autres, avec le temps elles consomment pour"traiter" leurs troubles psychiatriques
14h00
Dr Sarah Coscas :
les hommes consomment plus pour le coté festif
13h56
Jean-Pierre :
Est-ce que l'on a des chiffres ? Les femmes picolent vraiment autant que les mecs ? Ou bien c'est vrai seulement pour les jeunes ?
14h01
Dr Sarah Coscas :
quand elles consomment certaines consomment autant que les hommes, mais elles restent plus sensibles pour les mêmes quantités
14h02
Dr Sarah Coscas :
de manière elles consomment quand même moins et moins régulièrement mais en effets + jeunes que les hommes
16h17
anonyme :
Exist-il des études récentes sur les comportements à risque avec l'alcool chez les adolescentes ( en France, en Europe ? dans les autres pays ?)
14h03
Dr Sarah Coscas :
en effet on observe un comportement à risque recemment avec l'alcool en europe par le phénomène de Binge drinking
14h04
Dr Sarah Coscas :
le binge drinking est le fait de consommer un maximum d'alcool dans un minimum de temps avec une recherche d'ivresse et de défonce
14h05
Dr Sarah Coscas :
le comportement à risque pour l'alcool engendre un comportement à risque de manière général avec plus de prises de risques au volant, plus d'accident, de violence, de conduites sexuelles à risque
13h38
Paul-Raymond :
On dit souvent que les femmes sont plus "sensibles" à l'alcool que les hommes. Pouvez-vous préciser cela ?
14h06
Dr Sarah Coscas :
en effet les femmes sont plus sensibles que les hommes pour une même quantité d'alcool et un poids égale on aura des alcoolémies plus élevées chez la femme, cela s'explique par différentes hypothèses
14h07
Dr Sarah Coscas :
on sait que l'enzyme responsable du métabolisme de l'alcool chez la femme marche moins bien donc l'élimination sera + lente
14h08
Dr Sarah Coscas :
de plus les femmes ont une répartition de muscles moins importantes que les graisses, et l'alcool se répartit mieux dans les muscles
14h09
Dr Sarah Coscas :
de plus on sait que les femmes ont une teneur en eau réduite donc une concentration + élevée
14h09
Dr Sarah Coscas :
enfin les hormones semblent jouer un rôle
14h03
Justine :
Est ce que l'alcoolisme chez les femmes et un phénomène encore caché par rapport aux hommes ?
14h10
Dr Sarah Coscas :
Malheureusement l'alcoolisme au féminin reste encore très tabou, ce qui retarde l'accès aux soins
14h11
Dr Sarah Coscas :
même si les jeunes filles sont de plus en plus à l'aise avec leurs consommations, c'est devenu banal et fréquent de voir à une terrasse une table d'ados avec leur demie
14h11
Dr Sarah Coscas :
c'est moins vrais chez les +âgées
14h12
Dr Sarah Coscas :
le statut de mère interdit de boire en quelque sorte
08h48
corinne cluzel :
bonjour docteur ma mere a ete alcoolique, je suis boulimique depuis 27 ans,j'en ai 47;et depuis quelques annees j'ai une consommation excessive d'alcool en soiree.pensez vous que je doive me faire hospitaliser pour m'en sortir?
14h12
Dr Sarah Coscas :
l'hospitalisation n'est pas une réponse miracle
14h13
Dr Sarah Coscas :
ce qui est sur c'est qu'il existe un lien entre les addictions et un héritage familial
14h13
Dr Sarah Coscas :
on dit que les troubles des conduites alimentaires peuvent s'intégrer comme un trouble addictif
14h14
Dr Sarah Coscas :
si votre mère a été dépendante à l'alcool votre risque est multiplié par 3
14h14
Dr Sarah Coscas :
consulter un addictologue pour évaluer la situation est une première étape essentielle, l'hospitalisation est une partie de la réponse
14h11
Hugo :
C'est génétique ? On a plus de chance d'être alcoolo si maman l'est ?
14h15
Dr Sarah Coscas :
il existe des pistes génétiques, mais cela n'explique pas tout
14h16
Dr Sarah Coscas :
en effet si on a un parent du 1er degrè alcoolodépendant on a un risque multiplié par 3, mais ce n'est pas une fatalité
13h25
cyril :
Est-ce que l'anisette du vendredi soir qui peut devenir plus quotidienne en été, ambiance "kifade" peut rendre un homme/femme dépendant à l'alcool?
14h16
Dr Sarah Coscas :
non si cela reste un plaisirs
13h54
Adèle :
Quand maman boit, fifille trinque. Est-ce que les filles d'alcooliques virent alcolo elles aussi ?
14h17
Dr Sarah Coscas :
encore une fois ce n'est pas une fatalité mais on reste sensible pour l'alcool ou les autres drogues.....
14h18
Dr Sarah Coscas :
par contre une mère boit pendant la grossesse, les conséquences sont dramatiques
22h51
Aurélie :
Les femmes qui boivent voient-elles leur fertilité réduire ?
14h19
Dr Sarah Coscas :
oui on sait que cela perturbe le cycle menstruel
14h19
Dr Sarah Coscas :
donc diminue la fertilité
14h20
Dr Sarah Coscas :
la question de l'alcool doit d'ailleurs être une question essentielle pour la procréation médicalement assistée
12h14
Paule :
Est ce que l'on connait précisément les conséquences pour le foetus, même pour une consommation épisodique, par exemple 1 verre de vin de temps en temps ?
14h20
Dr Sarah Coscas :
malheureusement on ne sait pas la dose en dessous de laquelle il n'y a pas de conséquences pour le foetus....d'ou l'alcool zero
14h21
Dr Sarah Coscas :
on connait les conséquences sur le foetus (retard mental, retard de croissance, alformation craniofaciales...) mais on ne sait pas à partir de combien
14h23
Dr Sarah Coscas :
de plus il semblerait qu'il y ai aussi une sensibilité interindviduelle pour une meme dose d'alcool 2 jumeaux hétérozygotes, un peut être touché et pas l'autre...
14h23
Dr Sarah Coscas :
le risque est extrèmement élevé en cas d'ivresse
13h40
Jacques :
Est-il vrai que le placenta laisse passer l'alcool, que le fétus est donc aussi alcoolisé que la mère qui le porte ?
14h24
Dr Sarah Coscas :
oui, l'alcoolémie du foetus sera même + élevée du fait de son foie encore immature
14h25
Dr Sarah Coscas :
le foetus doit attendre que le sang repasse dans la circulation maternelle pour être éliminé
14h25
Dr Sarah Coscas :
l'alcool reste donc plue longtempes en contact avec le foetus, et donc plus toxique pour son cerveau
14h26
Dr Sarah Coscas :
le placenta est donc une passoire, l'alcool diffuse tranquillement...
13h30
Paule :
et l'allaitement ?
14h27
Dr Sarah Coscas :
il en est de même pour l'allaitement, même si les taux d'alcool dans le lait restent + élevés dans les 2heures après l'alcoolisation, il est préférable d'allaiter++++++ et de ne pas boire
14h23
Aurélie :
Est-ce qu'il existe des bons substituts à l'alcool, des produits qui aident à oublier ses problèmes dans qu'on soit accro ?
14h28
Dr Sarah Coscas :
il n'existe pas aujourd'hui dans l'arsenal thérapeutiques de substituts à l'alcool
14h29
Dr Sarah Coscas :
la base du traitement passe par une prise en charge intégrée basée sur une psychothérapie qui peut s'aider de traitements diminuant l'appétence (les envies)
14h30
Dr Sarah Coscas :
pour les femmes il est souvent utile d'évaluer après l'arrêt la persistance de la symptomatologie dépressive qui peut nécessiter un traitement antidépresseur si les symptômes persistent après 15j d'arrêt
03h37
lilipuce :
Bjr , tout le monde parle du baclofene , est ce que l'etude a commencé ? ya t'il des chances de voir un jour un medicament sous ordonnance qui aide efficacement contre l'acoolisme ? car de nos jours rien qui marche vraiment bien et etre abstinent est tres tres dur a vivre. merci.
14h31
Dr Sarah Coscas :
de nombreuses études sont en cours
14h31
Dr Sarah Coscas :
nous attendons de voir même s'il semble être très efficace pour certains, mais pas pour d'autres
14h32
Dr Sarah Coscas :
l'abstinence est en effet difficile à atteindre mais elle est possible, c'est aussi plurifactorielle, mais surtout c'est une histoire de moment
14h26
Marc :
QU'est-ce qui marche le mieux pour un alcolo ? Les thérapies comportementales ?
14h33
Dr Sarah Coscas :
les psychothérapies cognitivo comportementales ont montré un intérêt certain
14h33
Dr Sarah Coscas :
le psychothérapies de groupes aussi
14h22
Louise :
Vous avez dit que les filles boivent pour gérer leurs émotions. Est-ce qu'on a tendance à utiliser l'alcool comme un anti-dépresseur ?
14h35
Dr Sarah Coscas :
l'alcool a une vertu anxiolytique à court terme, ce qui fait croire qu'il va "traiter" le dépression , mais il est au contraire depressogène à long terme
14h35
Dr Sarah Coscas :
alcool + dépression aggrave les symptômes
14h36
Dr Sarah Coscas :
les femmes disent souvent que l'alcool est leur antidépresseur, c'est une fausse croyance; tant qu'elles sont convaincues de cela elle ne peuvent pas s'en sortir
14h37
Dr Sarah Coscas :
les thérapies cognitivo comportementales ont un intérêt pour démanteler ces fausses croyances qui sont néfastes
13h52
MissTOC :
Si on parvient à convaincre sa fille de consulter, quel genre de traitement allez-vous lui proposer ?
14h38
Dr Sarah Coscas :
impossible de répondre, je ne connais pas votre fille....l'important c'est d'adapter le traitement au cas par cas, et surtout de la mettre en confiance
14h38
Dr Sarah Coscas :
l'idée principale de la prise en charge est d'aller au rythme du patient et non au rythme soit des parents soit du soignant
14h39
Dr Sarah Coscas :
c'est le patient au rythme de sa motivation qui va rythmer la prise en charge
14h09
Albert :
Qui est le mieux placé pour parler à une ado de son problème d'alcool ? Sa mère, son père, ou faut-il plutôt convaincre un copain de lui en parler ?
14h39
Dr Sarah Coscas :
la personne qui se sent la plus proche ou la plus concernée , l'important c'est de parler++++
14h40
Dr Sarah Coscas :
ne pas être moralisateur
14h40
Dr Sarah Coscas :
expliquer les conséquences
14h40
Dr Sarah Coscas :
être à l'écoute et surtout que l'ado sente qu'il peut dire des choses inaudibles
14h41
Dr Sarah Coscas :
retracer des exemples concrèts
14h41
Dr Sarah Coscas :
mettre des limites
13h41
Jean-Pol :
Les ados sont a priori attiré par tout ce qui est interdit, réservé aux adultes. Le discours des parents sur l'alcool est donc très inefficace… Comment faire ?
14h41
Dr Sarah Coscas :
parler avec ses ados, et parler , parler, parler
14h42
Dr Sarah Coscas :
l'important c'est qu'ils vous sentent investi dans leur avenir qui risque d'être perturbé par les substances alcool et autres
14h43
Dr Sarah Coscas :
mais les ados doivent explorer le monde, et en effet ils sont plus à la recherche de nouveautés
14h44
Dr Sarah Coscas :
les parents ont un rôle essentiel, qu'ils ne doivent pas déléguer à l'école ou autres; les parents aujourd'hui tendance à se déresponsabiliser et à se sentir dédouaner, ils sont toujours parents
14h29
B@b :
A-t-on des chiffres sur l'addiction à l'alcool des femmes âgées (plus de 50 ans ) ?
14h46
Dr Sarah Coscas :
les femmes consomment surtout entre 15 et 40 ans (période de fertilité), mais elles vieillissent et souvent le problème persiste. Ce que l'on observent c'est qu'elles consultent tardivement, souvent vers 45 ans
14h36
Béatrix :
Est-ce que la consommation régulière d'un verre de vin (de temps en temps en semaine, un peu plus le week-end), peut nuire à la fertilité ? est-ce que l'âge rend plus vulnérable aux effets négatifs de l'alcool ?
14h47
Dr Sarah Coscas :
ces consommations ne sont pas alarmantes, par contre si cette femme présente des difficultés à être enceinte, on commencera par lui demander d'arrêter de boire et de fumer
14h48
Dr Sarah Coscas :
l'âge rend plus vulnérable chez les hommes et les femmes
14h48
Dr Sarah Coscas :
l'organisme vieillit et fonctionne moins bien, la teneur en eau est moindre, on élimine moins bien l'alcool
14h49
Dr Sarah Coscas :
à noter que l'alcool augmente le risque de survenue de cancer du sein
14h28
B@b :
Y a-t-il des actions de prévention menées dans le monde de l'entreprise pour aider les personnes addicts à l'alcool ? et des actions plus spécifiques à destination des femmes ?
14h50
Dr Sarah Coscas :
en effet certaines entreprises se mobilisent, par exemple l'assistance publique de hôpitaux de paris a mis en place une mission de prévention des addictions de son personnel
14h51
Dr Sarah Coscas :
d'autres entreprises sont très sensibilisés dans ce domaine (AIR FRANCE, SNCF, RATP)
14h51
Dr Sarah Coscas :
les actions se mettent en place et notamment dirigées vers les femmes
14h27
B@b :
j'ai entendu dire que les adolescentes consommaient de l'alcool d'une façon différente avec une volonté de parvenir rapidement à un état de conscience limite; est-ce exact ? dans ces soirées ne peut-on obliger la présence d'adultes afin de limiter ce type de pratique ? avez-vous des chiffres sur ce nouveau comportement ?
14h52
Dr Sarah Coscas :
il s'agit du binge drinking observé chez les ados, cette pratique très dangereuse vise à rechercher l'effet défonce en un minimum de temps
14h53
Dr Sarah Coscas :
ce phénomène est inquétant, je ne pense pas que la présence d'adultes empêcherait ce phénomène, ce qu'il faut c'est que les jeunes soient auparavant informés
14h28
Jean-Jacques :
Des campagnes contre l'alcool, on en a vu… A votre avis, qu'est-ce qui est le plus efficace pour convaincre nos filles (et garçons) de ne pas toucher à l'alcool ?
14h54
Dr Sarah Coscas :
la première chose en tant que parent c'est d'exposer les enfants le + tard possible à l'alcool
14h55
Modérateur :
Plus que 5 mn. Le temps de poser 2 ou 3 questions. Désolé pour les autres…
14h56
Dr Sarah Coscas :
ne pas faire gouter l'alcool aux enfants avant l'âge de 15 ans serait un idéal... ce n'est vraiment pas anodin de laisser les enfants finir les verres de vin les soirs de fêtes de famille
14h56
Dr Sarah Coscas :
l'exposition précoce à l'alcool est un facteur prédictif majeur de risque d'abus et dépendances plus tard
14h57
Dr Sarah Coscas :
ensuite en terme de prévention informer la population générale est la première étape
14h58
Dr Sarah Coscas :
on sait qu'il y a plus de risque de dépendance dans les familles ou les parents ne mettent pas de limites ou ne disent rien en cas d'ivresse
14h47
Claude :
Estimez-vous que la législation sur l'alcool est satisfaisante ? Que pourrait-on améliorer ?
14h59
Dr Sarah Coscas :
l'alcool reste une substance psychoactive trop"protégée", cela reste une drogue en vente libre et une des plus dangereuses...
15h00
Dr Sarah Coscas :
au revoir à tous et merci pour votre participation A la prochaine
15h01
Modérateur :
Merci au Dr Sarah Coscas, pour ses réponses claires et précise.
15h01
Modérateur :
Merci également aux internautes.
15h02
Modérateur :
Demain il y aura deux tchats.
15h07
Modérateur :
À 14h, un premier sur le thème : « Les substituts nicotiniques sont-ils efficaces ? » Avec le Pr Jean-Pol Tassin, neurobiologiste, Directeur de Recherche à l’Inserm, Membre du conseil scientifique de l’Observatoire Européen des Drogues et Toxicomanies.
15h08
Modérateur :
Et à 17h, un second sur le thème : « Toxicomanie : vice ou maladie ? », avec le Pr Pier Vincenso Piazza, Directeur du Neurocentre Magendie à Bordeaux.
15h09
Modérateur :
À demain. Bonne fin de journée à tous.